Le renversement des préférences

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Les heuristiques

Lorsque l’on propose ce choix de loteries à un panel de participants….

  • La majorité des individus indiquent une préférence pour la loterie A (dans l’option 1) et la loterie D (dans l’option 2). 
  • Pour quelle raison ?

     Dans l’option 1, les individus sont sensibles au fait que la loterie B comporte un risque de ne rien gagner du tout (2 chances sur 10). Ils préfèrent en conséquence l’option A qui leur donne 3000 euros avec certitude. Ils se focalisent sur l’espace des probabilités

     Dans l’option 2, les deux loteries comportent un risque de perte (20% avec C, 25% avec D). Dès lors, les individus sont sensibles à l’écart de gain (4000 euros (D) contre 3000 (C)) et choisissent en conséquence la loterie D. Leur attention est portée sur l’espace des gains.

    La théorie suppose que les choix de loteries ne doivent pas varier si l’on modifie proportionnellement les probabilités associées aux gains potentiels. En passant de l’option 1 à l’option 2, on a divisé les probas par 4.

 Ce qui implique que : A ~ C et B ~ D (et DONC si A est préférée à B, alors C doit être préférée à D).

 Or, l’expérimentation invalide ce résultat théorique. On parle d’un renversement des préférences.

 Ce qui signifie que les courbes d’indifférence se coupent comme le propose l’image ci-dessus !

 Le « problème » pour la théorie économique est que les agents économiques n’ont pas un traitement linéaire des probabilités.