L’escalade de l’engagement

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Non classé
  • Commentaires de la publication :0 commentaire

 Bien entendu, dans cette énigme, vous n’avez absolument pas intérêt à surenchérir en proposant 20 centimes !!

 Ce jeu a été mené expérimentalement par Martin Shubik dans une université américaine [1]Résultat : le « gagnant » remporte l’enchère à 3,40$ (et perd donc 2,40$) tandis que le second meilleur enchérisseur perd de son côté 3,30$.

 Bref ! Tout le monde y perd sauf celui qui propose le dollar aux enchères (qui gagne 5,70$) !

Comment expliquer ces résultats contre-intuitifs ?

 Le premier joueur a proposé 10 centimes, et vous avez proposé ensuite 20 centimes. Le premier joueur a dès lors deux solutions :

  • soit il s’arrête et perd 10 centimes
  • soit il offre 30 centimes pour ne pas perdre sa mise initiale et espérer remporter 1$.
  • La mise monte alors à 30 centimes et, à votre tour, vous offrez 40 centimes pour ne pas perdre votre mise initiale (20 centimes).
  • Ainsi de suite….
  • Jusqu’à ce que, pour ne pas perdre leur mise, chaque joueur soit incité à parier au-delà de la valeur de l’enchère (1$).
Le jeu révèle une forme d’escalade dans l’engagement (que l’on retrouve par exemple dans les conflits armés) et souligne l’irrationalité inhérente à la théorie du choix rationnel dans certains contextes [2].

[1] Voir SHUBIK, Martin. The dollar auction game : A paradox in noncooperative behavior and escalation. Journal of Conflict Resolution, 1971, vol. 15, no 1, p. 109-111.

[2] Plus le jeu avance, plus le coût du renoncement (l’arrêt du jeu) est élevé sur le plan financier pour le joueur. On peut ainsi comparer ce jeu avec ce qui se passe dans l’expérience sur l’obéissance à autorité de Stanley Milgram. Plus le sujet va loin dans l’expérience (et obéit en administrant des chocs électriques de plus en plus forts à une personne innocente), plus cela lui sera difficile de reconnaître son erreur. L’engagement progressif dans l’expérience est un facteur clef de l’obéissance.

Laisser un commentaire