Le rôle des incitations

Un problème fondamental pour l’expérimentateur est de s’assurer de la motivation et de l’implication des participants dans les tâches demandées.

  • Les psychologues considèrent que lorsque les sujets sont volontaires, cela suffit à garantir un niveau adéquat de motivation. Les participants reçoivent cependant une somme forfaitaire modeste (de 5 à 10 euros environ) de façon à les rembourser de leurs frais de déplacement.
  • En suivant les préconisations de Vernon Smith, les économistes utilisent des incitations monétaires avec paiement réel des sujets à la fin de l’expérience.

Ces paiements dépendent de la performance des sujets au cours des tâches qui leur sont proposées. Au-delà de « l’aspect motivation », la rémunération à la performance permet de chiffrer de façon précise le lien entre les choix des individus et leurs préférences (exprimées par leur fonction d’utilité).

Concrètement, le paiement peut porter :

  • soit sur l’ensemble des gains accumulés au cours de l’expérience
  • soit sur une partie seulement, auquel cas il est déterminé par tirage au sort à la fin de la session.

Par ailleurs, lorsque les sommes en jeu sont relativement élevées, certains sujets seulement sont tirés au sort et sont rémunérés.

Généralement, un sujet qui participe à une expérience pendant environ une heure, perçoit en moyenne entre 10 et 15 euros, mais parfois bien davantage. La rémunération d’une population d’adultes sera ainsi bien supérieure (environ 40 euros).

Pour des raisons de crédibilité et de réputation, il est nécessaire d’annoncer le mode de paiement avant le début de l’expérience.

Tous les paiements respectent l’anonymat des joueurs (y compris par rapport à l’expérimentateur lorsque cela est nécessaire).

Dans les jeux économiques, et en particulier pour l’étude des dilemmes sociaux, la norme d’incitation proposée par les économistes s’est imposée à l’ensemble des chercheurs en sciences sociales, qu’ils soient psychologues ou économistes.