Situationnelle ou dispositionnelle ?

Pour expliquer un évènement ou un comportement, c’est-à-dire pour formuler une attribution, vous avez en fait deux possibilités :

  • soit vous supposez que c’est le contexte qui est à l’origine du comportement observé : votre attribution est dite situationnelle ;
  • soit vous pensez que c’est la personnalité de l’individu qui permet d’expliquer au mieux son comportemenent. Dans ce cas, votre attribution est dispositionnelle.
  • Par exemple, si vous cherchez à comprendre pourquoi les sujets de la célèbre expérience de Stanley Milgram (1974) ont infligé des chocs électriques à des victimes innocentes, vous pouvez soit conclure que ces sujets avaient les dispositions particulières pour le faire ou envisager qu’ils ont agi, au contraire, sous la pression de l’autorité.

Deux types d’explication (d’attribution) sont donc possibles : c’est la situation qui crée le comportement ou bien c’est la personnalité du sujet.

L’erreur fondamentale d’attribution de Ross [1971] porte sur la façon dont les individus accentuent l’une ou l’autre de ces attributions lorsqu’ils expliquent les comportements ou les phénomènes qu’ils observent.