Calcul égoïste ou coopération spontanée ?

Le dilemme du prisonnier a fait l’objet d’études expérimentales très nombreuses [1].

Une question particulièrement intéressante est cependant la suivante : à votre avis, a-t-on plus de chances d’obtenir la coopération entre les participants lorsque leur temps de réponse est court ?

  • Le travail expérimental de David Rand et ses collègues [2] a permis de formuler une réponse...
  • Les auteurs montrent, de façon surprenante, que le niveau de coopération est lié négativement au temps de décision. Ce qui signifie que plus les joueurs réagissent rapidement, plus ils ont tendance à coopérer !
  • Il semble que la coopération soit la réaction "spontanée" ou "intuitive" dans un dilemme du prisonnier alors que l’absence de coopération correspond davantage à une réaction davantage calculée, demandant de fait plus de temps et de réflexion.

[1] Pour une revue, voir l’ouvrage de N. Eber, 2006, Le dilemme du prisonnier, La Découverte, Repères.

[2] RAND, David G., GREENE, Joshua D., et NOWAK, Martin A. Spontaneous giving and calculated greed. Nature, 2012, vol. 489, no 7416, p. 427-430.