Carl Menger

Carl Menger (1841-1921) est le premier auteur à entrevoir véritablement l’économie sous l’angle de la psychologie.

  • Menger est ainsi le fondateur d’une école autrichienne qui se distingue par son originalité.
  • Les successeurs de Menger, comme Friedrich von Wieser, Eugen Böhm-Bawerk, Ludwig von Mises ou Friedrich August von Hayek, témoigneront à leur façon de cette originalité.

Carl Menger était également largement ouvert à d’autres champs disciplinaires comme l’histoire, l’ethnographie, l’ethnologie ou la philosophie.

Menger est généralement connu comme étant l’un des trois auteurs à l’origine de la « Révolution Marginaliste ».

Sa perception de la notion de valeur révèle cependant une approche psychologique du concept central d’utilité marginale.

« La valeur n’est pas inhérente aux biens, elle n’en est pas une propriété, elle n’est pas une chose qui existe en soi. C’est un jugement que les sujets économiques portent sur l’importance des biens dont ils peuvent disposer pour maintenir leur vie et leur bien-être. Il en résulte que la valeur n’existe pas en dehors de la conscience des hommes. » [1]

  • On le voit, Menger propose une véritable mesure subjective de la valeur en économie. Son ambition était de fonder une science du comportement basée sur la psychologie expérimentale.
  • La trajectoire empruntée au début du 20ème siècle par Léon Walras et Vilfredo Pareto, calquée sur la physique mécanique, ne permettra pas à ce projet d’aboutir [2].

Ce n’est qu’aujourd’hui qu’un retour vers une véritable science du comportement semble se dessiner...


[1] Carl Menger, Principes d’Economie Politique, 1871 (c’est nous qui soulignons).

[2] Pour aller plus loin sur ce sujet, vous pouvez consulter l’article passionnant de Shira Lewin, Economics and Psychology : Lessons for Our Own Day From the Early Twentieth Century, Journal of Economic Literature, vol. 34, 1996. ou pour une vision différenciée l’article récent de Wade Hands, Economics, encore celui de Wade Hands (2010), Economics, Psychology and the history of consumer history, Cambridge Journal of Economics, 34, p. 633-648.