Les principaux résultats

Dans ce contexte, on observe les résultats suivants :

  • L’employeur offre un transfert équivalent à 33% de sa dotation initiale (environ 5 euros). Le transfert mesure le niveau de confiance que l’employeur accorde à l’employé.
  • Le niveau d’effort moyen de l’employé se situe aux alentours de 0,3. Plus le montant du transfert est élevé, plus le niveau d’effort est élevé : on dit qu’il y a réciprocité.
  • L’employeur A gagne ainsi en moyenne (15-5) 0,3 = 3 euros tandis que l’employé gagne (5 - 0,4) = 4,6 euros.
  • La relation de confiance et la réciprocité conduisent donc à des gains bien supérieurs à ceux issus à l’option rationnelle basée sur la seule recherche de l’intérêt individuel.

Ces résultats expérimentaux attestent donc de la validité de l’hypothèse du salaire d’efficience, proposée par George Akerlof, qui suppose qu’un niveau de salaire supérieur est une incitation pour le salarié à fournir un niveau d’effort maximal.


[1] On évoque des joueurs A et B, et non un employé et un employeur.