Economie du bonheur

L’ouvrage de Lucie Davoine [1] met en perspective les apports de l’économie du bonheur à l’analyse économique.

Selon Lucie Davoine, « l’économie du bonheur témoigne de la “plasticité” de la science économique, de sa capacité à se renouveler, à intégrer et à formaliser des idées développées par d’autres sciences humaines (notamment la psychologie, mais aussi d’autres sciences cognitives), tout en conservant les concepts fondateurs de l’économie ».

  • A l’aide d’une mesure subjective de l’utilité [2], les économistes du bonheur posent des questions devenues centrales : l’argent fait-il le bonheur ? Le travail conforte-t-il le bien-être ? Est-on plus heureux dans un pays démocratique ? Peut-on apprendre à être heureux ? Quel est le rôle des attentes et des aspirations dans notre capacité à être heureux ?
  • Une synthèse concise, pertinente et efficace, sur le sujet éminemment d’actualité du bonheur en économie.

[1] Davoine L., Economie du bonheur, La Découverte, Collection Repères, 2012, 126 pages.

[2] Obtenue à partir d’enquêtes en demandant aux individus d’évaluer leur bien-être sur une échelle ordinale de 0 à 10.