L’altruisme sincère

Lorsque le jeu du dictateur est couplé avec une option de sortie, environ 1 participant sur trois (parfois davantage) n’hésite pas à la choisir.

  • En prenant l’option de sortie, le participant renonce ainsi à son choix précédent (dans le jeu du dictateur), obtient 9 euros en toute impunité et sait que son partenaire du jeu n’en saura rien.

Se pose ici la question de la rationalité de cette décision.

  • Mettez-vous à la place de celui qui a donné 3 euros au récipiendaire et conservé 7 euros pour lui.
  • S’il a pris cette décision, c’est qu’il la considère comme juste ou qu’il éprouve un certain plaisir à donner.
  • Il n’est donc pas logique qu’il prenne l’option de sortie puisque qu’il prive désormais l’autre joueur de ces 3 euros [1] [2].

Pour expliquer ce qui se passe, il faut supposer que les individus qui prennent l’option de sortie ont honte de ne rien donner ou qu’a contrario, ils donnent pour ne pas apparaître égoïste.

Si on leur donne ainsi la possibilité de gagner de l’argent en toute impunité, ils saisissent cette occasion et préservent en même temps l’estime qu’ils se portent à eux-mêmes.

L’altruisme ne serait donc pas toujours sincère !


[1] Par ailleurs, s’il désirait 9 euros, pourquoi n’a-t-il pas fait ce choix au départ, laissant ainsi au moins 1 euro au récipiendaire ?

[2] De même, prenez un joueur qui n’a rien donné et qui prend l’option de sortie. Il perd du coup 1 euro et son partenaire n’y gagne rien. Là aussi, cela semble irrationnel !