Les prémices de l’économie comportementale

A contre-courant du paradigme dominant en sciences économiques, de nombreux auteurs considèrent que l’analyse économique du 20ème siècle doit se nourrir des apports des autres sciences sociales, et en particulier des apports de la psychologie.

  • D’après eux, la psychologie économique doit mettre l’accent sur :

- la nécessaire diversité des méthodes d’investigation (enquêtes, études de terrain, expérimentation, modélisation, etc.)

- le rejet d’une analyse déductive comme unique fondement d’une science sociale

- la critique des hypothèses simplifiées de l’analyse économique traditionnelle, comme le processus de maximisation ou l’hypothèse de rationalité.

  • Ce n’est cependant qu’avec le développement de l’économie expérimentale au milieu du 20ème siècle [2] que la psychologie économique prendra son essor.

[1] Ou encore “Old Behavioral Economics”. Sur ce point, voir Hamid Hosseini, 2003, The arrival of behavioral economics : from Michigan, or the Carnegie School in the 1950s and the early 1960s ?, Journal of Socio-Economics, p. 391-409.

[2] Avec notamment Edward Chamberlin puis Vernon Smith.