La manipulation des émotions

L’énigme fait appel à une théorie spécifique de la perception de nos émotions.

  • Nisbett et Schachter pensent que l’émotion résulte d’une activation physiologique (transpiration, accélération du rythme cardiaque, rougeurs) qui est expliquée par une dimension cognitive [1].
  • En fonction du contexte, une même excitation physiologique peut donc être interprétée comme une émotion différente : peur, joie, jalousie, envie, colère, ...
  • Il en résulte que manipuler les informations (cognitions) disponibles dans l’environnement immédiat de l’individu revient à manipuler son état émotionnel.
  • C’est l’hypothèse que font les auteurs dans cette expérience !
  • D’après eux, l’intensité d’une expérience émotionnelle diminuera si l’on conduit des individus à attribuer faussement leurs excitations physiologiques à un élément neutre sur le plan émotionnel (une pilule).

- Des insomniaques mettront donc moins de temps à s’endormir s’ils ont la possibilité d’attribuer leur excitation à une pilule (en fait un placebo) qu’ils croient être un excitant.

Pour une énigme similaire, voir l’éveil amoureux.


[1] En fournissant cette explication, l’individu fait ce que l’on appelle une attribution.