François Quesnay

Qui pourrait penser que François Quesnay (1694-1774), la figure phare de l’école de la Physiocratie au 18ème siècle, se soit intéressé à la psychologie ?

Son Essai physique sur l’économie animale (1756) témoigne pourtant d’une réelle profondeur dans l’analyse psychologique, notamment sur la question des sensations, de la perception, de la mémoire, de l’imagination, des goûts ou du discernement.

Ainsi, « Quesnay, sensible à la philosophie sensualiste de Hobbes, situe le moteur de l’activité économique dans la recherche des satisfactions individuelles et fait de la plus grande augmentation des jouissances au prix de la dépense minimale un idéal de comportement » [1].


[1] Passet R., 2010, Les grandes représentations du monde et de l’économie, Les liens qui libèrent, p. 223