Intention et rationalité

On doit le dilemme du Toxique au philosophe Gregory Kavka [1].

Dans ce dilemme, la difficulté vient du fait que, pour obtenir la récompense souhaitée (le million de dollars), vous devez convaincre le jury de la sincérité d’une intention que vous ne pouvez soutenir rationnellement...

  • Si vous êtes rationnel, au sens de la théorie des jeux, vous êtes maximisateur de votre fonction d’utilité, vous recherchez ce qui est le plus agréable pour vous.
  • Vous êtes également clairvoyant au sens où vous utilisez la méthode d’induction à rebours en imaginant quelle peut être votre décision le dernier jour, c’est-à-dire le mardi.
  • Le mardi, donc, si vous avez été convaincant la veille, vous avez un million de dollars en poche. Vous devez maintenant choisir entre "boire le toxique" (qui vous procure de la désutilité) et "ne pas boire le toxique" (qui est neutre).
  • Evidemment, vous ne boirez pas le toxique puisque cela n’est pas votre intérêt.
  • Votre problème, en tant qu’individu rationnel, est que vous savez, dès le lundi, que vous ne boirez pas le liquide toxique le lendemain. Votre intention n’est donc pas crédible.
  • La seule chose que vous puissiez faire, c’est de faire croire au jury que vous boirez le toxique. Mais, bien entendu, un jury averti détectera votre mensonge. Vous resterez rationnel mais pauvre...

Y a-t-il une solution à ce dilemme ?

Oui et elle est très simple. Comme dans la vie quotidienne, il suffit de s’engager a priori à réaliser une action et de penser de façon authentique que cette intention est suffisante pour motiver votre décision le lendemain.

Vous voilà "irrationnel" (au sens de la théorie des jeux) mais riche !


[1] Kavka G., 1983, The toxin puzzle, Analysis, 43, p. 33-36.