Comment réaliser des économies d’énergie ?

En 2007, Schultz et ses collègues [1] mesurent le niveau de consommation d’électricité journalier de 290 ménages américains.

Les auteurs communiquent ensuite leurs résultats à chaque ménage qui peut ainsi évaluer son niveau de consommation relatif par rapport à la norme de consommation des habitants de son quartier.

  • L’effet attendu (qui fonctionne) est que les familles qui apprennent qu’elles consomment plus d’énergie que la moyenne réduisent leur consommation de façon significative (voir le portfolio ci-dessous). Elles se conforment ainsi à la norme (environnementale).
  • En revanche, l’existence d’une norme provoque également un “effet boomerang” : les ménages qui consomment moins (que la moyenne) ont tendance à augmenter significativement leur consommation !

Quelle méthode "douce" permet-elle de neutraliser cet effet ?

  • Schultz et al. [2007] utilisent les affects et associent au contenu objectif du message (le niveau de consommation) un signal émotionnel de désapprobation, via un émoticône triste (pour ceux qui consomment trop), ou d’approbation via un émoticône joyeux (pour ceux qui consomment moins).

Résultat : les familles qui ont reçu un émoticône triste réduisent plus fortement leur consommation d’énergie tandis que celles qui ont reçu un émoticône souriant n’augmentent plus leur consommation !


[1] Schultz, Nolan, Cialdini, Goldstein, et Griskevicius [2007], The Constructive, Destructive and Reconstructive Power of Social Norms, Psychological Science, vol. 18.

Portfolio

L'effet positif des émoticônes sur la réduction (...)