Le principe de l’expérience

En psychologie expérimentale, une expérience a pour objectif de tester une hypothèse de recherche.

  • Intuitivement, le chercheur pose cette hypothèse parce qu’il suppose que le temps qu’il fait conditionne l’humeur des individus, et que celle-ci a en retour un effet sur leur jugement de satisfaction sociale.

Pour effectuer ce test, les expérimentateurs contactent par téléphone des participants, soit un jour de pluie (groupe 1), soit un jour ensoleillé (groupe 2), pour les interroger sur leur niveau de satisfaction sociale (satisfaits, pas satisfaits, etc.).

On identifie donc deux groupes qui vont répondre à une même question, dans les mêmes conditions à l’exception de la variable testée par l’expérimentateur (“le temps qu’il fait”).

Il suffit ensuite de définir une mesure adéquate du phénomène étudié, ici le degré de satisfaction de l’individu.

  • Si, par exemple, à la question : Indiquez quel est votre niveau de satisfaction dans votre vie quotidienne ?, les participants peuvent répondre : “pas statisfait”, “moyennement satisfait” ou “très satisfait”, il suffit de coder chaque réponse qualitative pour obtenir une mesure quantitative du degré de satisfaction [1].

Il est alors possible de comparer les résultats obtenus entre les deux groupes en formulant un test d’hypothèse statistique.


[1] En posant 0=“pas statisfait”, 1=“moyennent satisfait” et 2=“très satisfait”, on obtient ainsi une échelle de mesure ordinale.