L’interprétation

Le jeu précédent est appelé le « jeu du concours de beauté  » en référence à John Maynard Keynes.

Dans la Théorie Générale (1936), Keynes suggère que le comportement des investisseurs peut être mis en parallèle avec les concours de beauté organisés par les journaux de l’époque.

  • Les lecteurs devaient élire les 6 plus beaux visages parmi 100 portraits.
  • Le vainqueur était la personne dont le classement était le plus proche de la préférence moyenne de tous les participants.

Le parallèle avec le fonctionnement des marchés financiers est flagrant : pour un investisseur, ce qui importe n’est pas de déterminer la valeur réelle (ou fondamentale) d’un actif financier mais plutôt de savoir quelle valeur les autres investisseurs lui accorde.

La logique de construction d’une bulle spéculative et son éclatement reposent en partie sur ce mécanisme :

  • tant que tout le monde anticipe la hausse du prix des actifs, les investisseurs ont intérêt à acheter massivement ;
  • dès que le doute s’installe parmi les investisseurs, cependant, le phénomène s’inverse brutalement et la chute du prix des actifs est programmée [1] !

[1] Pour une analyse psychologique plus détaillée des phénomènes de crise bancaire et boursière, consultez l’ouvrage de George Akerlof et Robert Shiller.